Passionné par les lampes à huile romaines, j'ai souhaité comprendre les techniques antiques de fabrication et d'utilisation ou du moins m'en approcher le plus possible.

Ces techniques n'ayant pas été décrites par des textes, j'ai fait - au départ sans le savoir - de " l'archéologie expérimentale" pour retrouver les gestes nécessaires.

  

Recréer un original

Il faut en premier lieu recréer un original, aussi proche que possible de la pièce antique, pour pouvoir en obtenir des moules de fabrication, cette étape majeure dans le processus est celle qui demande le plus de travail, ainsi qu'un certain talent artistique.

On peut procéder par surmoulage, en faisant un empreinte d'un modèle original, c'était une méthode courante dans l'antiquité qui permettait la création de contrefaçons.

Elle présente des inconvénients, on risque de casser l'original en faisant pression pour estamper les motifs, la qualité du motif est médiocre il faut retravailler l'empreinte et le résultat est rarement bon, enfin, à cause du retrait de l'argile au séchage les lampes obtenues sont plus petites - au moins de 10% - que l’originale. Certaines contrefaçons antiques sont identifiables grâce a ces défauts. 

Lampe originale et copie

- Lampe originale (IIe siècle) entourée de deux probables contrefaçons. - 


La technique de la cire perdue

La bonne technique si l'on veut conserver les dimensions exactes du modèle et la qualité des dessins me semble être celle de la cire perdue, c'est celle que j'emploie, elle consiste à recréer un original - en deux parties - de dimensions légèrement supérieures pour anticiper le retrait de l'argile lors du séchage, et dont le dessin sera sur-exprimé pour compenser les pertes de reliefs au moulage.

Seule la cire permet ce travail de précision. Cet original servira ensuite à produire un moule "zéro" qui servira ensuite à la fabrication des moules de production.

On part d'un dessin ou d'une photographie, des cotes exactes de la pièce à reproduire et d'un bloc de cire qu'on aura préalablement formé, puis viennent des heures de travail pendant lesquelles on va s'approcher progressivement de la forme souhaitée en contrôlant le respect des mesures des dimensions.

- Création du couvercle d'une lampe du Ier siècle. - 

- Dessin et côtes fournis par le musée. -

- Le couvercle terminé, un bige - char tiré par deux chevaux -

- Modèles avant cuisson. MUSAT - Saint Paul Trois Châteaux -


Quand on voit la finesse des  dessins de certains modèles on comprend qu'il existait probablement dans l'antiquité des "designers" qui concevaient les modèles puis les moules de production pour les grands ateliers de production.

Les ateliers de moindre qualité utilisaient la technique du surmoulage et probablement des poinçons de copie pour reproduire les moules.

LIRE LA SUITE >>>